Changer ses comportements d’achats : comment allier efficacité et responsabilité ?

Groupe /

Contexte :
Entre enjeux réglementaires (Protocole de Kyoto, Grenelle de l’environnement) et prise de conscience collective et individuelle, les entreprises intègrent de plus en plus à leur stratégie des objectifs de développement durable.
Ces objectifs de développement durable s’introduisent progressivement dans toutes les facettes de l’activité de l’entreprise, et la fonction ‘Achat’ comme la fonction ‘Production’ peuvent apporter une contribution particulièrement importante à cette démarche, à la hauteur de leurs participations vis à vis du produit fini délivré par l’entreprise.

Après avoir affiché quelques engagements en terme de développement durable sur des aspects plutôt écologique, (tri du papier, chauffage, ampoule….) et périphériques à l’activité principale, les entreprise sont actuellement motivées et incitées à intégrer plus fortement les valeurs du développement durable dans la partie centrale de leur activité, où l’on va retrouver les fonctions Achat et Production.

En plus du côté environnemental, on va pouvoir ainsi prendre en compte le coté économique et sociétal, car il n’y a pas de développement durable sans maintien ou évolution raisonnée, des emplois, des savoirs faire, et des patrimoines industriels.

En effet, comment afficher une politique de développement durable pour une entreprises qui délocalise sa production ou celle de ses sous-traitants, mais qui affiche le tri sélectif de ses déchets papiers aux sièges sociaux qui restent territoriaux ?

Le vocable ‘Responsable’ est le terme générique qui s’attache actuellement aux termes ‘Achat’ ou ‘Production’ pour évoquer l’adaptation des processus qui en découlent vis-à-vis des valeurs du développement durable, sans pour autant considérer qu’auparavant ces fonctions étaient gérées d’une façon systématiquement irresponsable.
Les expressions actuelles ‘Achat Responsable’ ou Production Responsable sont celles qu’on retrouve auprès des entreprises qui veulent démontrer leur implication sur ces fonctions en termes de rattachement aux valeurs du développement durable.

A titre d’exemple, la SNCF a rebaptisé son service achat ‘Synergie Achat Responsable’.

L’acte d’achat tout en gardant sa vocation de compétitivité économique, est un excellent support de la relation de l’entreprise avec l’extérieur, et de son intégration dans un écosystème socio-économique dont elle dépend, et qu’elle peut préserver ou faire évoluer raisonnablement par des actions ‘d’Achats Responsables’, avec une vision à long terme de la décision.

A titre d’exemple symbolique, imaginons une société comme Edf ou une collectivité territoriale concentrant systématiquement leurs achats sur un critère simplement ‘prix’, ruineux d’une production locale soumise à des charges diverses inexistantes dans des pays exotique.

A moyen terme toute la production locale aura disparu, EDF n’aura plus d’entreprise à qui vendre de l’électricité, et les collectivités territoriales n’auront plus d’administrés susceptibles de participer aux impôts et taxes locales.

La notion d’écosystème est ici une belle représentation, permettant d’intégrer ces concepts d’interdépendance, et obligeant à avoir une véritable réflexion à long terme.

« Faire de l’Achat ou de la Production Responsable c’est intégrer dans le processus de décision, une réflexion sur les objectifs à moyen et long terme de son action. »


Les notions d’Achat ou de Production Responsables doivent intégrer réellement la notion de durabilité dans les actes et processus qui les fédèrent, et pas simplement le besoin de court terme, cela dans le respect des parties.

On peut ainsi évoquer :
Analyse en cout global intégrant le cycle de vie complet du produit
Capacité du produit fini ou du produit intermédiaire à être recyclé avec possibilité de valorisation du recyclage.
Trace carbone des produits importés de loin, et souplesse de la production qui y est rattachée
Relation durable avec le fournisseur
Maintien d’emplois productifs, plutôt que des charges pour payer des chômeurs, des préretraités, ou des subventions aux handicapés
Maintien d’un outil industriel qui permettra par la suite de développer des actions de recherche et développement profitables à l’ensemble de la collectivité

Par principe, le maintien d’une production et son évolution sur un outil industriel existant territorialement est un acte responsable dont le contre exemple est la délocalisation.
Ainsi à titre symbolique, on peut évoquer le dicton relatif au patrimoine industriel :
‘Une année pour détruire et une génération pour reconstruire’

Dans un contexte où la sensibilité des consommateurs a évolué à travers les campagnes marketings liées au bio ou à l’équitable, la promotion par les industriels de l’Achat Responsable et de la Production Responsable deviennent d’excellents vecteurs de communication facilitant l’accès aux marchés publics comme privés par la séduction des décideurs et des pouvoirs publics qui commencent à s’y impliquer, et favorisant la productivité interne, car les personnels des opérateurs économiques industriels sont aussi des consommateurs.

On peut d’ailleurs constater d’une façon significative l’intégration de critères développement durables dans des appels d’offres publics ou privés. Critères qui permettent l’approche ‘Achats Responsables’ aux donneurs d’ordre.

Les comportements responsables sont ouverts à l’entreprise : des modes de productions plus économes en énergie et des achats responsables dont l’offre s’est diversifiée : fournitures, entretien des locaux, alimentation, transports, vêtements de travail...

Pour chaque type d’achat on peut maintenant définir ce qu’est un achat responsable avec quelques bons exemples :

L’entretien des locaux :
Utiliser des produits non polluant, faire travailler des personnels en minimisant leurs déplacements et en organisant les nettoyages à des horaires viables au lieu de les faire en pleine nuit.

Les vêtements de travail :
Intégrer dans la mesure du possible des produits d’origine équitable (coton) dans les vêtements. Vérifier l’origine de fabrication, et pour des différentiels de cout faibles privilégier les origines de proximité.

Outillage :
Acheter des produits territoriaux qui continuent à être fabriqués et à maintenir un patrimoine industriels en France (SAM), plutôt que des produits d’imports ou de marques qui ont délocalisé leurs productions (FACOM) en territoires exotiques.


L’intégration de ces comportements peut être symbolique ; elle peut aussi s’intégrer dans une stratégie d’entreprise : le marché évolue, les attentes des clients et des consommateurs se diversifient.
Pour autant, cette évolution est-elle suffisante ?


Quelles stratégies les entreprises peuvent-elles définir pour allier responsabilité et efficacité ?

Comment l’entreprise peut-elle rester performante économiquement ? Comment peut-elle s’y retrouver sur le long terme ? Quels outils et solutions ?

Il n’y a pas d’incompatibilité entre responsabilité et performance économique. Il y a plutôt une opposition entre vision à court terme et vision à long terme. C’est bien la vision à long terme qu’il faut privilégier.


Deux cas d’entreprises :

ATC est une entreprise de sérigraphie, marquage publicitaire et impression. Il y a 3 ans, elle achète la première machine éco-responsable en europe et met en œuvre au-delà un mode de production intégrant les dimensions sociales et environnementales (RH, réduction des déchets à source…).

Outilacier, entreprise de distribution d’outillage et de fournitures industrielles à l’égard des professionnels, a fondé sa stratégie sur le maintien en France de sa production avec une vision à la fois environnementale (gestion des polluants) et sociale (maintien de l’emploi local). Avec en plus une vision de politique industrielle : le maintien de l’activité permet la R&D et le maintien à terme d’une activité industrielle.

Outilacier a ainsi défini un concept de ‘Distributeur Responsable’ :
C’est un distributeur qui sélectionne prioritairement des produits et des fabricants, qui par leurs natures ou leurs actions sont respectueux des valeurs du développement durable, et qui sollicite ses clients pour partager ses valeurs.

Outilacier a su faire adhérer à son projet et à sa stratégie de grands groupes industriels qui ont parfaitement intégrés ces concepts dans leurs politiques générales (SNCF, AREVA, CEGELEC, VINCI…), ainsi que des collectivités territoriales (conseil régional, ville de Lyon…).

La croissance et la réussite économique d’OUTILACIER peuvent servir de moteur et d’exemple à la prise en compte des concepts d’achat et de production responsables dans une stratégie d’entreprise ou de collectivité territoriale, et pousser ainsi d’autres acteurs à agir de même dans l’intérêt de toute la collectivité.


Les conditions de réussite


Elles sont essentiellement de trois ordres :
- un prix qui n’a pas sensiblement varié (forte productivité)
- des clients qui ont adhérés à la démarche
- une position singulière sur le marché. ATC et OUTILACIER ont vu l’arrivée de commandes suite à démarche d’« éco-attitude » ou d’ « éco responsabilité ».

Les perspectives

Les entreprises pourront bientôt produire une garantie sur leur engagement responsable : le label ISO 26 000, en cours de création, peut être en effet un outil certifiant l’engagement sociétal de l’entreprise.

Il faut cependant se méfier des certifications administratives, quelques fois trop encadrées par des normes et de codes, mais aussi intégrer le bon sens dans l’analyse des actions et des comportements de l’entreprise.

Par ailleurs, certains entrepreneurs dont Outilacier élaborent un livre blanc sur les processus d’achats. Il se décline par activité. A l’issue de ce travail, une vision claire pourra être produite concernant le nécessaire accompagnement des pouvoirs publics afin de favoriser ces achats et modes de productions.

Enfin, il a été envisagé un atelier sur les achats publics et les achats d’entreprises pour comprendre les mécanismes d’entrées sur ces marchés.
Afficher tout Membres (6)
Partager: | Imprimer | Abus
Créé par
Abonnés (2)

PCI

Entrepreneur d'avenir

Coryne Nicq

Entrepreneur d'avenir